L'élection de Donald Trump à la présidence américaine: un péril encore plus grand que les changements climatiques pour l'Arctique ?

-


Le peuple américain a fait connaître son choix : Donald Trump sera le 45e président de la plus puissante démocratie du monde. Bien sûr, cette élection du nouveau chef d’État amène son lot de questions. Quelles seront les conséquences de l'arrivée de ce président américain pour l'Arctique canadien? Le président Trump serait-il plus dangereux que la fonte du pergélisol pour l'avenir de cette partie de notre pays ?

L’Arctique canadien, plus précisément le « rêve » arctique, n’est pas étranger à la fortune de la famille Trump. Pendant la ruée vers l'or au Yukon, le grand-père de Donald Trump, Friedrich, immigrant allemand, avait quitté son New York adoptif pour aller chercher fortune à Seattle sur la côte ouest des États-Unis. Avec son port, la jeune cité était alors une plaque tournante du commerce avec le Nord, l'Alaska en particulier. Après Seattle, Friedrich a mis le cap sur le Nord canadien. Flairant la bonne affaire, il a ouvert un hôtel à Bennett, en Colombie-Britannique, lui donnant le nom de... « Arctic Hotel ». Trois ans plus tard, les profits accumulés étaient assez importants pour permettre à l’aïeul Trump de rentrer aux États-Unis avec son argent empoché dans l'«Arctique».

COURTESY OF THE ROYAL BC MUSEUM AND ARCHIVES CA. 1899

Ce Nord qui a, deux générations plus tard, indirectement facilité la réussite du petit-fils de l’hôtelier de Bennett, subira les conséquences des choix présidentiels de celui-ci.

En nous basant sur les positions prises par Donald Trump lors de sa campagne, comment ses choix pourraient influencer l’avenir de l’Arctique ?

 

1.     Les changements climatiques

 

Alors que les scientifiques de la planète sont convaincus de la présence du phénomène des changements climatiques et du fait que les conséquences sont d'abord ressenties dans les parties extrêmes du globe, le nouveau président Trump a à maintes reprises qualifié les changements climatiques de « non-existants ». Il a aussi parlé de « faux problème », de « grosse arnaque » et de « taxe trop dispendieuse». Contrairement à son prédécesseur Barack Obama avec lequel le premier ministre Trudeau s'était justement entretenu des changements climatiques lors de leur première rencontre, le président Trump ne portera guère attention à ce problème et exercera peu de leadership en cette matière.

 

Cette indifférence est d’autant plus problématique que le Conseil de l'Arctique, qui s'intéresse à l’enjeu du climat, est présidé présentement par les Etats-Unis d'Amérique. Des débats houleux sont à prévoir.


2.     L’environnement 

La question de l'environnement mérite qu'on s'y attarde à la lumière des propos du nouveau président. Les gens du Nord, les Inuit en particulier, sont très préoccupés par les enjeux environnementaux. Par exemple, les Inuit du Québec avaient exigé lors des négociations sur la Convention de la Baie-James et du Nord québécois qu'un chapitre tout entier porte sur cette question, bien avant la Loi sur la qualité de l'environnement. 

Encore une fois, il y a fort à parier que le président Trump ne sera pas un leader en cette matière. Qu'il suffise de rappeler ses propos: Trump veut « sauver » l’énergie du charbon et «annuler» l’Accord de Paris sur le climat, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il a également promis des coupures dans le financement de l’Agence de protection de l’environnement (EPA), voire son abolition.  Celle-ci a pour but d’étudier et protéger la nature et la santé des citoyens de Etats-Unis. 

 

3.     L’énergie 

Au chapitre de l'énergie et du développement de l'industrie du pétrole, les Inuit du Canada et le président Trump auront vraisemblablement de graves désaccords car les deux camps sont aux antipodes sur la question de l’acceptabilité sociale. Ainsi, Donald Trump a mentionné vouloir augmenter substantiellement les capacités de production de l'industrie pétrolière, ce qui pourrait inclure le forage de pétrole et de gaz dans l’Arctique. Fait à noter, bien que les électeurs de l'Alaska aient encore une fois appuyé le parti républicain, les Autochtones de l'État, par la voix de l'Alaska Federation of Natives, avaient accordé leur appui à Hillary Clinton et au parti démocrate, une première.

 

4.     La souverainté et la sécurité territoriale

Pendant la campagne électorale, Donald Trump n’a pas directement abordé les thèmes de la souveraineté et de la sécurité territoriale de l’Arctique. Néanmoins, sa camaraderie ouverte avec le président russe Vladimir Poutine soulève des craintes quant à un éventuel appui américain dans la définition des frontières arctiques canadiennes. L'ouverture probable du passage du Nord-Ouest a éveillé les aspirations territoriales de plusieurs pays. La levée récente d'un drapeau russe sur le territoire du pôle nord pourrait laisser craindre une reconnaissance par les États-Unis des revendications territoriales de la Russie aux dépens du Canada.

 

5.     Les peuples autochtones

Enfin, à l'aube de la ratification par la Chambre des communes du Canada de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones adoptée en 2007, les propos du président élu des États-Unis donnent froid dans le dos. À plusieurs reprises avant et pendant sa campagne électorale, il a dépeint les Autochtones comme étant des criminels, des vendeurs de drogues ou de « faux Indiens ». Il a attaqué la gestion des casinos appartenant aux communautés et pour couronner le tout, il a affublé la sénatrice démocrate du Massachusetts, Elizabeth Warren, du surnom « Pocahontas », mettant en doute ses origines autochtones.

 


L'Arctique et les peuples qui occupent ce fragile territoire sont confrontés au défi que pose l’élection d’un président dont les déclarations et les prises de position suscitent incertitude et inquiétude. Les Inuit et les gens du Nord auraient avantage à développer un positionnement stratégique pour leur permettre de bien faire valoir leur différence tant par leur culture, leur identité, leur langue que par l'occupation du territoire. Beaucoup de débats auront certainement cours sur ces questions pendant la présidence de Donald Trump.
 


Sources:

Changements climatiques

http://www.newyorker.com/news/news-desk/trump-and-the-truth-climate-change-denial

http://www.lapresse.ca/environnement/201607/12/01-5000372-rechauffement-climatique-trump-serait-isole-dans-le-monde.php

Environnement

http://www.parismatch.com/Actu/Environnement/Les-promesses-de-Donald-Trump-qui-pourraient-souiller-la-planete-1114796 

Énergie

http://www.rcinet.ca/eye-on-the-arctic/2016/10/20/alaskas-largest-native-organization-endorses-clinton-for-president-first-endorsement-in-history/

Sécurité

http://time.com/4564254/president-donald-trump-russia-vladimir-putin/

Peuples autochtones

https://www.washingtonpost.com/national/donald-trumps-long-history-of-clashes-with-native-americans/2016/07/25/80ea91ca-3d77-11e6-80bc-d06711fd2125_story.html

 


Précédent
L'Halloween : un prétexte pour parler d'appropriation culturelle
Suivant
Arteau et Kesserwan vous invitent à un webinaire sur l’Arctique avec le Conference Board du Canada.

Ajouter un commentaire

Email again: