Arteau et Kesserwan vous invitent à un webinaire sur l’Arctique avec le Conference Board du Canada.

-

L’Arctique, c’est froid. Très froid. Mais c’est bien plus que les « quelques arpents de neige » de Voltaire. 


C’est une région immense qui couvre 40 pour cent de la superficie du Canada et où vivent 100 000 personnes. On y retrouve une faune variée, une flore exceptionnelle, des montagnes, des plaines, des fleuves, des lacs et l’océan glacé. L’Arctique regorge de richesses naturelles. 

Cet environnement fragile, bouleversé par les changements climatiques, suscite les convoitises. Certains voient dans la fonte de la banquise la découverte d’un nouvel Eldorado bientôt ouvert à l’extraction et à l’exploitation des ressources.  

Que réserve l’avenir pour l’Arctique et ses habitants? Quel est le modèle de développement à adopter pour cette région fragilisée par la pollution, la transformation du climat et occupée depuis des millénaires par un peuple fier et hardi, les Inuit, dont les relations avec le « Sud » leur ont souvent laissé des souvenirs douloureux? 

Peut-on y faire des affaires?  

Jean-François Arteau et Karina Kesserwan aborderont ces questions importantes le 14 mars à la barre d’un webinaire présenté par le Conference Board du Canada. 

Arteau et Kesserwan discuteront entre autres d’une approche nouvelle en matière de développement : l’émergence d’une économie de partenariat avec la population inuite et axée sur les priorités des communautés.  

 

Parmi les sujets qui seront discutés lors de la conférence interactive du 14 mars : 

-         Comprendre les enjeux démographiques pour connaître la région, ses habitants et y faire des affaires;

-         Les pièges et les obstacles au développement économique;

-         Quelques « success story » du développement local;

-         Les nombreuses occasions d’affaires dans l’Arctique.


Pour s’inscrire, c’est tout simple :

http://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=8608 


Précédent
L'élection de Donald Trump à la présidence américaine: un péril encore plus grand que les changements climatiques pour l'Arctique ?
Suivant
L'espoir retrouvé, vraiment?

Ajouter un commentaire

Email again: